Psychologie élémentaire : l'essentiel

Publié le 19/08/2020 par Julien Yahya Barbe 1

La psychologie élémentaire est une science opérative avancée dans le cortège des sciences islamiques. Plus précisément, elle est une discipline au sein de la médecine islamique. Elle vise à réhabiliter l’homme, la femme et le couple selon les modalités décrites par Dieu Lui-même, dans Son Livre Saint : le Coran. Elle nous renseigne sur la façon dont Dieu a créé les typologies masculines et féminines, et nous dévoile ainsi les « soulouk », c’est-à-dire les comportements, les attitudes, que doivent embrasser les hommes et les femmes au quotidien afin de développer un art de vivre en cohérence avec leur nature première qui les appelle à la sagesse et à l’équilibre. Cette nature première apporte un éclairage sur l’origine des difficultés traversées par les uns et les autres, et définit avec précision un travail individuel et collectif que chacun saura apprécier eu égard de sa personnalité et de son tempérament. En ce sens, la psychologie élémentaire vise l’accomplissement de chacun, elle n’a pas pour objectif d’uniformiser les individus ni d’opérer à une dissolution des identités, mais au contraire elle apporte un terreau fertile duquel pourra germer la richesse des différences.

Parce qu’une identité dégénérée de l’homme ou de la femme ne peut pas produire un couple sain, ni un couple durable, ni un couple équilibré, la psychologie élémentaire remonte à la nature première de l’homme et de la femme pour en tirer, dans leur complémentarité, l’alliance qu’est le mariage et l’amour conjugal, et définit un protocole à suivre pour les préserver des embarras du quotidien.

Enfin, la psychologie élémentaire est ouverte à toutes et à tous, sans distinction de foi ou de confession.

 

Introduction

En Islam, la question de l’homme, de la femme et du foyer est centrale. Sur leurs épaules repose la responsabilité adamite, c’est-à-dire la charge de faire germer l’équilibre et l’harmonie dans le reste de la création. Pour ce faire l’homme et la femme doivent travailler un art de vivre sain, équilibré et respectueux, en honorant la Vérité de Dieu dans tous les aspects de leur vie. S’ils se placent à contre-courant de la Vérité, l’impact de leurs décisions raisonnera dans la création, entraînant un processus de dégradation progressif et une altération de conscience chez les humains. Ainsi, le monde moderne est à l’image de l’homme, de la femme et du foyer : délabré et meurtri. Et l’urgence de la situation nous invite aujourd’hui, plus que jamais, à mettre en œuvre tous les moyens possibles pour pallier à cette dégringolade avant qu’elle soit irréversible.

Le 4ème pilier de la Religion, as-Sa3ah « l’Heure », nous précise également que la destruction du monde passe par la destruction du socle familial et de la conscience spirituelle humaine, faisant de l’homme, la femme et le foyer la pierre angulaire à tout processus de réhabilitation réel et durable.

La psychologie tirée de la médecine islamique est une science traditionnelle visant la réhabilitation des hommes et des femmes. Elle définit clairement et précisément des modalités extrêmement précises touchant à la réalisation positive de l’homme, de la femme et du couple. Elle nous éclaire sur ce que nous avons à faire pour vivre mieux et améliorer notre quotidien. En effet, les attentes de Dieu sur les hommes et les femmes forment un programme positif qui conduit à la réussite des individus, du couple, de la nation et de la civilisation puisque Dieu ne veut que le bien de Ses créatures. Quel que soit la réputation aujourd’hui qu’on puisse faire à l’Islam ou à Dieu lui-même, nous sommes là dans une perspective positive de restauration des objectifs positifs de la Tradition.

 

 

Science traditionnelle et science moderne

La psychologie tirée de la médecine islamique est différente de la psychologie moderne tant sur le fond que sur la forme, il n’est donc pas pertinent de chercher à les comparer outre mesure. L’essentiel étant que, la psychologie tirée de la médecine islamique est une science accessible, claire et répond au besoin de certitude des individus, là où la psychologie moderne, avec toutes ses ramifications, place les individus face à ses propres contradictions.

Les sciences traditionnelles forment un tout cohérent qui plonge l’individu et le collectif au cœur de la doctrine. En aucun cas une science traditionnelle ne peut venir en contradiction avec le reste du logiciel islamique, mais elle vient enrichir sa compréhension en approfondissant certains de ses aspects. Ainsi, la psychologie élémentaire apporte un éclaircissement supplémentaire sur la question de l’homme et de la femme, et apporte des outils pertinents pour répondre aux problématiques du temps.

 

Concernant le vocabulaire utilisé

Élémentaire
Le mot « élémentaire » exprime le caractère premier, fondamental et indispensable de la méthode utilisée pour définir l’objet, la discipline ou les outils de la discipline concerné. Cette définition trouve sa source dans la Tradition, et plus précisément dans les deux procédés fondamentaux par lesquels l’humanité a pu accéder à l’érudition : la Prophétie et la Révélation, à la fois vecteurs de cohésion sociale et de projections scientifiques.

La perfection
La perfection est un attribut de Dieu qui n’appartient qu’à Lui-Seul, loué soit-il. Quand on parle d’un « homme parfait » ou d’une « femme parfaite » il s’agit là d’un idéal dont l’homme et la femme doivent se rapprocher s’ils souhaitent s’affranchir des difficultés, et s’ils souhaitent s’accomplir, retrouver leur équilibre et leur bien-être.

Qualités et Soulouk
L’islam détermine 29 qualités fondamentales que doivent travailler les hommes et les femmes afin de développer un art de vivre respectueux et responsable. Il s’agit là des conditions essentielles à l’établissement de leur propre bien-être, de leur propre équilibre et du bien-être des autres créatures qui subissent l’impact de leurs décisions. La psychologie élémentaire s’intéresse plus particulièrement aux qualités propres à l’homme et à la femme dans le cadre du couple, et apporte des solutions simples aux préoccupations quotidiennes, dans la sphère individuelle comme dans la sphère collective. En effet, l’absence d’une qualité provoque un déséquilibre manifeste dans les différents aspects de la vie de l’individu et engendre les difficultés visibles aujourd’hui dans l’ensemble de nos sociétés, alors que la présence de ces qualités naturelles apporte équilibre, stabilité et réconfort.

Identifier la présence ou l’absence de ces qualités chez un individu permet d’établir un diagnostic précis et d’en extraire une feuille de route. Le rôle de la psychologie élémentaire sera d’apporter à l’intéressé un éclairage sur sa situation et sur l’origine d’éventuels déséquilibres afin qu’il acquière la lucidité nécessaire à la compréhension de ce qu’il est, et qu’il construise sa personnalité sur des bases saines.

 

Psychothérapie

L’homme et la femme ont été créés différents et complémentaires. Une altération de conscience et une perte des repères, dues notamment aux attaques produites aujourd’hui par la société moderne contre l’identité de l’homme et de la femme, ont fait disparaître de leurs radars ces différences et la richesse qu’elles représentent. Cette altération conduit à différents troubles du comportement et entraîne souffrance et détresse pour l’immense majorité des hommes et des femmes d’aujourd’hui.

En effet, les hommes et les femmes sont brisés. Ils cherchent un moyen de se reconstruire, dans des voyages, des séries télévisées ou d’autres distractions. Ils essaient de remplir ce vide intérieur avec ce qu’ils trouvent, sans succès. Et pour cause, la crise qu’ils traversent n’est pas matérielle mais spirituelle. Rien n’est plus dangereux et rien n’entraîne plus d’affliction que de s’ignorer soi-même. Un retour à soi est donc nécessaire afin de comprendre ce qui a été laissé-pour-compte.

Aller plus loin :
[VIDEO] Pourquoi faut-il sauver les hommes et les femmes ?

 

Connais l’autre et connais-toi toi-même

En découvrant les qualités de l’homme et de la femme, chacun va découvrir sa nature première, mais également la nature première de l’autre, qui est son partenaire, son fils, sa fille, son collègue de travail, son voisin. Le sort de la société, du foyer et de ses membres dépend de la capacité de chacun à distinguer cette nature première et à agir en conséquence au quotidien. Un homme qui connait la nature première de la femme apprendra à respecter cette nature et deviendra un support de progression et d'épanouissment pour elle. Et inversement. Pour un professionnel, comprendre et identifier ces caractéristiques premières permet d’émettre un déchiffrage clair et un diagnostic précis de l’état de n’importe quel individu et de lui proposer des voies de progressions immédiates.

Dieu dit :

« […] الرِّجَالُ قَوَّامُونَ عَلَى النِّسَاءِ »
« Les hommes ont la charge des femmes […] ».
Le Coran Sourate 4 verset 34

Avec la science des lettres et des lumières, nous pouvons extraire du Coran les portraits de l’homme et de la femme au regard de Dieu Lui-même. Nous avons ici deux mots sacrés « الرِّجَالُ » et « النِّسَاءِ », chacun énumérant les différentes qualités propres à ce que désigne le mot, à savoir ici « les hommes » et « les femmes ». Chaque lettre du Texte Saint, en arabe coranique, agit comme un projecteur sur une qualité attendue de l’homme et de la femme, et cet éclairage nous permet d’établir une explication sûre et hors de polémique de ce qu’est un homme ou de ce qu’est une femme. Ainsi les natures premières de l’homme et de la femme les invitent à investir 6 qualités fondamentales pour l’homme et 5 qualités fondamentales pour la femme, chaque qualité étant symbolisée par les lettres constitutives de chaque mot.

Chaque qualité nécessite un peu de réflexion et de méditation pour être appréhendée. Afin de faciliter ce processus nous allons illustrer chacune d’elle par des exemples de comportements associés/opposés à la qualité étudiée.

Attention : l’ordre des qualités est important. Par exemple, la qualité n°2 de l’homme ne peut être présente chez un individu que si la qualité n°1 est déjà solidement établie dans ses habitudes. En ce sens, la qualité n°2 est à considérer comme érigée dans le prolongement de la qualité n°1.

Aller plus loin :
[VIDEO] L'homme, la femme & le couple au regard de Dieu

 

Les qualités de l’homme parfait en Islam

L’homme parfait a 6 qualités essentielles réparties en 3 groupes. Les 2 premières sont communes aux hommes et aux femmes et constituent le socle fondamental à la vie en société.

Pour l’essentiel de l’homme, se référer aux qualités 3 et 4.

Le premier groupe des qualités dites fondamentales :

Qualité 1 : Accepter et obéir à l’ordre de Dieu
Dieu a créé chaque chose avec Science et Sagesse. L’homme évolue dans un univers qui reflète les Lois instaurées par son Créateur. L’homme pondéré respecte la nature, les lois naturelles et les lois de la société dans laquelle il vit pour pouvoir jouir de sa vie terrestre dans un cadre sain et apaisé.

Opposé : l’homme ne respecte rien, ni les autres, ni lui-même. Il n’accepte aucune contrainte ni aucun principe.

Équilibre : respect | Déséquilibre : mépris

Qualité 2 : Savoir-faire et savoir être
L’homme doit acquérir du savoir et de la connaissance pour trouver sa place au milieu des autres, trouver sa place dans la société, et s’y épanouir. Il doit apprendre un métier, une langue et des bonnes manières pour pouvoir interagir avec les autres avec pudeur et respect. Et il doit savoir qui il est, d’où il vient et quel projet commun il décide de partager avec les autres membres de la nation.

Opposé : l’homme n’a aucune connaissance ni de qui il est, ni de ce qu’il est, ni de ce que sont les autres. Il ne partage aucun lien avec aucune des personnes qui font son entourage, il est de fait entièrement manipulable et modulable, il est telle une machine qui fait sans savoir ce qu’elle fait ni pourquoi elle le fait mais parce qu’on lui a demandé de le faire. Il est sans racine, sans histoire, sans réflexion.

Équilibre : connaissance | Déséquilibre : ignorance

 

Le deuxième groupe des qualités propres à l’homme :

Qualité 3 : Le surpassement
Dans sa nature, l’homme est bâti pour faire face à toutes les situations de la vie, les difficultés comme les facilités. Il ne doit pas s’arrêter à ce qui se présente comme bienfait ou comme restriction, mais il doit aiguiser son regard et voir au-delà. Il n’est pas inquiété par les difficultés, ni suffisant lorsqu’il se trouve dans l’aisance. Il est stable, apaisé, vigilant et prêt en toute circonstance. Il EST avant d’AVOIR.

Opposé : Il est telle la feuille entraînée par le vent. Il se vante ou se réjouit de chaque bien qu’il obtient outre mesure, et s’accable à chaque difficulté. Il ne consacre son énergie qu’à concourir dans des choses futiles. Il se plaint en permanence, il déprime aussi vite qu’il se réjouit. Il est instable et irrégulier. Il ne trouve aucune satisfaction dans l’état dans lequel il se trouve.

Équilibre : stabilité | Déséquilibre : instabilité

Qualité 4 : La patience
L’homme est patient par nature, il a en lui tous les ingrédients nécessaires pour garder la maîtrise de lui-même en toute circonstance. L’homme doit faire preuve de patience quelle que soit la situation à laquelle il doit faire face.

Opposé : il est impatient, capricieux, violent, instable, irrégulier, insatisfait, colérique, susceptible.

Équilibre : maîtrise de soi | Déséquilibre : inconstance

 

Le troisième groupe des qualités dites avancées :

Ces qualités sont là à titre indicatif, car l’essentiel du travail à effectuer par l’homme se situe au niveau des qualités 3 et 4. Les qualités 5 et 6 concernent les hommes avancés dans leur cheminement. Il s’agit d’un approfondissement des qualités 1 et 2.

Qualité 5 : Incarner l’ordre de Dieu
L’homme incarne l’ordre naturel établi par Dieu au travers des qualités retrouvées au fil de sa progression. Cette qualité vient couronner sa progression. Il vit en communïon avec le reste de l’univers et devient un reflet vivant de la façon dont Dieu a créé les choses.

Qualité 6 : La prospective
L’homme accompli investit la science en vue de bâtir l’avenir et d’élever la civilisation dans laquelle il vit. Cette qualité est propre aux hommes et c’est pour cette raison que tous les prophètes étaient des hommes.

Aller plus loin :
[VIDEO] Les 6 qualités de l'homme parfait - Sciences, Civilisation & Religion

 

Les qualités de la femme parfaite en Islam

La femme parfaite a 5 qualités essentielles réparties en 3 groupes. Les 2 premières sont communes aux hommes et aux femmes et constituent le socle fondamental à la vie en société.

Pour l’essentiel de la femme, se référer aux qualités 3 et 4.

 

Le premier groupe des qualités dites fondamentales :

Qualité 1 : Accepter et obéir à l’ordre de Dieu
Dieu a créé chaque chose avec Science et Sagesse. La femme évolue dans un univers qui reflète les Lois instaurées par son Créateur. La femme pondérée respecte la nature, les lois naturelles et les lois de la société dans laquelle elle vit pour pouvoir jouir de sa vie terrestre dans un cadre sain et apaisé.

Opposé : la femme ne respecte rien, ni les autres, ni elle-même. Elle n’accepte aucune contrainte ni aucun principe.

Équilibre : respect | Déséquilibre : mépris

Qualité 2 : Savoir-faire et savoir être
La femme doit acquérir du savoir et de la connaissance pour trouver sa place au milieu des autres, trouver sa place dans la société, et s’y épanouir. Elle doit apprendre un métier, une langue et des bonnes manières pour pouvoir interagir avec les autres avec pudeur et respect. Et elle doit savoir qui elle est, d’où elle vient et quel projet commun elle décide de partager avec les autres membres de la nation.

Opposé : la femme n’a aucune connaissance ni de qui elle est, ni de ce qu’elle est, ni de ce que sont les autres. Elle ne partage aucun lien avec aucune des personnes qui font son entourage, elle est de fait entièrement manipulable et modulable, elle est pareil à la machine qui fait sans savoir ce qu’elle fait ni pourquoi elle le fait mais parce qu’on lui a demandé de le faire. Elle est sans racine, sans histoire, sans réflexion.

Équilibre : connaissance | Déséquilibre : ignorance

 

Le deuxième groupe des qualités propres à la femme :

Qualité 3 : La réjouissance
Dieu a créé  les choses avec justesses et sagesse. La femme est naturellement radieuse, bien dans sa peau et charismatique. Elle sait que rien dans la vie n’est là par hasard, que Dieu fait parfaitement les choses, et qu’Il n’a rien oublié de ce qu’Il a prévu pour elle. Elle est sereine et fière de ces bienfaits dont Il l’a gratifiée en permanence, et rien ne saurait entamer sa joie ou sa confiance en elle.

Opposé : C’est une femme affligée, complexée, elle se trouve tous les défauts. C’est une éternelle insatisfaite : même si on rassemblait tous les biens de ce monde, rien ne saurait remplir ce vide qu’elle a dans le cœur. Elle déprime et elle est triste du fait de ce manque. Elle est crispée, paralysée par des choses futiles et superficielles. Elle n’arrive pas à s’affirmer ce qui entraîne des interventions maladroites et parfois agressives, ou bien elle est effacée, elle accepte tout même les pires humiliations parce qu’elle pense que c’est ce qu’elle mérite. La femme se dénigre, méprise ce qu’elle est. Elle se diminue à ses yeux et affaiblit son estime d’elle-même et la confiance naturelle qu’elle doit avoir en elle. Elle n’arrive pas à apprécier ses qualités et ses réussites.

Équilibre : confiance en soi | Déséquilibre : mépris de soi

Qualité 4 : L’abnégation
La qualité précédente génère une énergie positive chez la femme qui doit être canalisée par l’abnégation, pour ne pas s’altérer et se transformer en poison. L’abnégation invite la femme à pencher son aile bienfaisante sur les siens. La femme dévouée, humble, douce, rayonne par sa grandeur d’âme, par sa bonté et sa gentillesse. Elle brille par son sourire. Tous se sentent bien auprès d’elle, son regard apaise, purifie même. C’est de l’amour pur qui frappe celui qui le reçoit. C’est le refuge de l’enfant qui grandit et se trouve confronté aux difficultés de la vie. C’est l’apaisement qui invite l’homme à mettre sa petite personne de côté au profit de sa femme et de son foyer. C’est la lumière qui fait de la maison un vrai paradis terrestre.

Opposé : la femme n’aime pas prendre soin des autres, elle le considère comme un calvaire. Elle est égoïste, égocentrique et hautaine. Elle méprise les autres ou n’a simplement aucune considération pour eux. S’occuper de ses enfants ou de son mari est pour elle une contrainte dont elle se passerait bien. On la craint, on préfère l’éviter et n’avoir aucunement affaire à elle.

Équilibre : dévouement | Déséquilibre : orgueil

 

Le troisième groupe des qualités dites avancées :

Cette qualité est là à titre indicatif, car l’essentiel du travail à effectuer par la femme se situe au niveau des qualités 3 et 4. La qualité 5 concerne les femmes avancées dans leur cheminement. Il s’agit d’un approfondissement de la qualité 1.

Qualité 5 : Incarner l’ordre de Dieu
La femme accomplie incarne l’ordre naturel établi par Dieu aux travers des qualités retrouvées au fil de sa progression. Cette qualité vient couronner sa progression. Elle vit en communïon avec le reste de l’univers et devient un reflet vivant de la façon dont Dieu a créé les choses.

Aller plus loin :
[VIDEO] Les 5 qualités de la femme parfaite - Sciences, Civilisation & Religion

 

Thérapie de couple

Aujourd’hui plus que jamais, les familles souffrent et se disloquent. Le socle familial subit la pression et les attaques incessantes d’un monde moderne fou qui écartèle ses membres par tous les moyens, et distille son poison par la promotion d’un modèle de vie superficiel et matérialiste, à l’opposé des aspirations naturelles humaines qui invitent à l’introspection de soi et à la sagesse. Le résultat est une augmentation spectaculaire du nombre de divorces ainsi qu’une dissolution des identités marquée par une perte des repères et une méconnaissance de soi.

Ce constat alarmant n’est pourtant pas une fatalité. Pour remédier durablement à ces difficultés, et aux difficultés que traversent nos sociétés, l’homme et la femme doivent reprendre en main les clés de leur destin et abandonner ce laisser-aller vide de sens. Il n’existe pas de couple qui ne puisse pas être sauvé dès lors que les époux émettent l’intention sincère de vouloir s’en sortir. Et il n’existe pas non plus de couple incompatible, mais uniquement des hommes et des femmes qui ont encore du mal à se comprendre.

 

Comprendre les difficultés du quotidien et les résoudre

Enraciner les qualités précédemment citées dans les habitudes est le résultat d’un cheminement d’une vie complète. Il n’est donc pas raisonnable de chercher à réformer son quotidien du jour au lendemain, mais il convient plutôt de cultiver une réforme intérieure sur le long terme.

Dans un premier temps, apprendre ces qualités par cœur et apprendre à lire les difficultés du quotidien à travers ces qualités est déjà un très grand pas largement suffisant. Avec le temps, il deviendra aisé de comprendre les forces et les faiblesses de chacun des époux et de comprendre les lacunes à travailler pour remédier durablement aux difficultés qui surviennent.

Avec les qualités de l’homme et de la femme, les époux apprennent à se connaître et à connaître l’autre dans le cadre d’un travail que chacun devra effectuer sur lui-même. Chacun veillera également à agir de sorte à aider son partenaire à progresser dans les qualités qui lui sont propres (Cf. « Comment accompagner et soutenir sa femme » et « Comment accompagner et soutenir son mari »).

Nous allons voir maintenant quel travail doit être effectué entre les époux dans le cadre du mariage, afin de leurs ouvrir les portes de l’amour véritable et de la sérénité.

 

Les conditions d’un mariage réussi

Dieu dit :

« […] وَمِنْ آيَاتِهِ أَنْ خَلَقَ لَكُم مِّنْ أَنفُسِكُمْ أَزْوَاجًا لِّتَسْكُنُوا إِلَيْهَا وَجَعَلَ بَيْنَكُم مَّوَدَّةً وَرَحْمَةً »
« Et c'est un de Ses signes qu'Il a créés pour vous, formés de vous-mêmes, votre moitié afin que vous vous reposiez auprès d'elle, et Il a établi entre vous l'affection et la compassion. […] ».
Le Coran Sourate 30 verset 21

 

Dieu a créé la femme à partir de l’homme. C’est-à-dire qu’Il a créé une âme et qu’Il l’a liée à une autre dans le cadre du couple et du mariage. Le secret d’un mariage réussi dépend alors de la volonté des époux à cultiver deux choses : l’affection « مَوَدَّةً » et la compassion « رَحْمَةً ». Aucune unïon stable n’est possible sans ces deux conditions.

Avec l’affection « مَوَدَّةً » et la compassion « رَحْمَةً » nous allons voir ce que l’homme et la femme doivent construire entre eux pour faire de leur foyer un foyer solide, équilibré et apaisé, un véritable paradis sur terre à l’image de celui où vivaient les parents de l’humanité : Adam et Eve. Revenons d’abord sur ces deux notions.

 

L’affection « مَوَدَّةً » est la forme supérieure de l’amour. Elle conduira les époux au dévouement. Chacun apprendra à considérer l’autre avant lui-même, à chercher le bonheur de l’autre et son équilibre. Elle est à l’image d’un champ que l’on cultive à deux en mettant tout son cœur pour en obtenir les meilleurs fruits.

La compassion « رَحْمَةً » s’inscrit dans le prolongement de l’affection. Elle créera un lien empathique entre les époux. Jamais une chose ne touchera l’un sans affecter l’autre. Ils sont deux mais ils sont un. L’un ressent tout ce que vit l’autre. La peine de l’un est la peine de l’autre. La joie de l’un est la joie de l’autre. La compassion est à l’image des fruits résultants du travail effectué avec l’affection. C’est pourquoi Dieu nous les a indiqués dans cet ordre.

 

Avec la science des lettres et des lumières nous pouvons déterminer, à partir de ces deux mots sacrés, les « soulouk », c’est-à-dire les comportements ou les qualités, que doivent adopter les époux afin d’établir l’affection et la compassion. Il est alors possible de diagnostiquer l’état d’un couple en analysant la présence ou l’absence de ces qualités, et ainsi identifier ses forces et ses faiblesses. Si les époux qui composent le couple n’ont pas ces qualités, les difficultés seront patentes.

Poser un regard sur ces éléments est déjà un remède pour celui ou celle qui cherche à vivre une vie de couple pérenne. Certes celui qui sait où regarder n’est pas comme celui qui l’ignore.

Les conditions de l’affection

L’affection repose sur 4 « soulouk », 4 qualités que chacun des époux doit travailler avec son partenaire, conditions sine qua non à l’établissement d’un couple sain et équilibré.

Pour rappel, l’affection amène les époux à considérer l’autre avant de se considérer eux-mêmes, à être au service de l’autre, à trouver du bonheur dans le bonheur de l’autre.

Qualité 1 : La bonté
C’est par la bonté que les époux franchissent la première marche qui les amènera à l’affection. Il s’agit là pour l’époux de faire le bien, d’être utile à l’autre, d’être au service de l’autre, de faire passer ce que veut l’autre avant ce que l’on souhaite soi-même. La bonté est un bien fécond, c’est-à-dire un bien qui ne génèrera que du bien, à l’image des graines que l’on sème pour obtenir de belles fleurs. Comme chacune des qualités que nous allons voir, la bonté doit être réciproque et arriver au point où celui qui donne recevra autant qu’il a donné.

Opposé : il s’agit de quelqu’un d’égoïste, d’assisté, qui ne considère pas son partenaire mais qui ne pense qu’à lui-même.

Équilibre : dévouement | Déséquilibre : égoïsme

Qualité 2 : Le désintérêt pour soi-même et les passions
Pour parvenir à la vraie bonté, les époux doivent s’affranchir des passions éphémères et éteindre les désirs malvenus. Il s’agit là de s’affranchir des pulsions du « nafs » et de l’égo, pour parvenir à la pureté de l’intention et à la noblesse d’âme.

Opposé : il s’agit de quelqu’un d’égocentrique, d’immature, qui court après les choses vaines, qui n’est jamais satisfait de ce qu’il a, qui va de caprice en caprice, aveuglé par le désir d’AVOIR, oubliant le fait d’ÊTRE.

Équilibre : sagesse | Déséquilibre : immaturité

Qualité 3 : La pureté
Il s’agit ici de protéger ce que nous avons vu précédemment en empêchant toute impureté de pénétrer dans l’enceinte du couple. Nous distinguons :
- La pureté matérielle, le fait d’être propre et présentable.
- La pureté des actions, en pratiquant la générosité, la gentillesse, la droiture, l’honnêteté, en privilégiant les bonnes fréquentations.
- La pureté intérieure en cultivant la transparence, et l’amour sincère et désintéressé avec son conjoint.

Opposé : Sale matériellement : négligé, crasseux. Sale dans ses actions : mauvaises fréquentations, argent sale provenant de transactions douteuses, vol, infidélité et tout comportement détestable. Sale intérieurement : rancunier, médisant, malveillant, pervers, cachotier. Toutes ces choses vont s’introduire dans le cocon familial comme s’infiltre l’humidité dans les murs. Avec le temps elle crée de la moisissure et des fissures.

Équilibre : bienséance | Déséquilibre : perversion

Qualité 4 : Fuir ce qui est contraire
La 4ème et dernière qualité de l’affection vient couronner cette progression et préserver les qualités précédentes en enracinant de manière durable cet amour profond que nous avons cultivé.

Il s’agit de s’habituer à fuir tout ce qui est contraire au bien-être du couple et le préserver de toute secousse, de tout déséquilibre qui pourrait le fragiliser inutilement. Qu’un homme fuit auprès de sa femme et qu’une femme fuit auprès de son homme tout ce qui sera de nature à mettre en péril leur équilibre. Nous sommes là dans le prolongement de ce qui a été dit avec la pureté. Si quelque chose vient perturber la femme ou l’homme, qu’ils s’en éloignent. Qu’ils s’éloignent des histoires et des problèmes qu’ils peuvent éviter, qu’ils ne se mêlent pas des affaires des autres, qu’ils ne mettent pas les pieds là où ils ne devraient pas, qu’ils n’aillent pas là où ils n’ont pas leur place.

Opposé : personne à problèmes, qui cherche constamment les histoires, qui entretient les conflits, qui s’occupe des affaires des autres, et qui met les pieds là où elle ne devrait pas.

Équilibre : avertis et lucide | Déséquilibre : aveugle et inconscient

Ces 4 qualités doivent être adoptées tant par l’homme que par la femme. Et c’est dans la réciprocité qu’ils trouveront l’équilibre et développeront entre eux la véritable affection telle que Dieu l’a définie dans Son Livre Saint.

L’affection « مَوَدَّةً  » est une invitation pour chacun des époux à l’oubli de soi au profit de l’autre, c’est la porte de l’altruisme et du dévouement qui revient naturellement à celui ou celle avec qui l’on a décidé de partager sa vie.

Aller plus loin :
[VIDEO] Comment réussir son mariage - Sciences, Civilisation & Religion

 

De l’affection à la compassion

Travailler l’affection en touchant du doigt les qualités énoncées précédemment, est déjà un grand pas dans la thérapie de couple. Ce travail est suffisant pour rétablir l’équilibre et la paix au sein des foyers. La compassion est un état avancé du couple qui intéressera ceux et celles qui jouissent déjà de la stabilité apportée par l’affection.

 

Les conditions de la compassion

La compassion repose sur 4 « soulouk », 4 qualités que chacun des époux doit travailler avec son partenaire afin de sublimer le lien qui les unit.

Pour rappel, alors que l’affection a conduit les époux au dévouement, la compassion fait d’eux un seul être.

Qualité 1 : Le surpassement / Ne pas s’arrêter à ce qui se présente
Il s’agit là de la même qualité que la qualité 3 de l’homme, mais elle exprime une nuance différente. Quel que soit l’état dans lequel se trouve le couple à l’instant T, il faut voir plus loin, se surpasser dans son rapport avec le matériel, et surpasser ce qui se manifeste dans l’instant. La vie est faite de haut et de bas, de moments faciles et de moments difficiles. Mais tout est éphémère, il ne faut pas s’arrêter sur ce qui peut disparaître ou changer à tout moment. Nul n’est éprouvé au-delà de ce qu’il peut supporter.

Opposé : matérialiste, plaintif, instable, capricieux.

Équilibre : stabilité | Déséquilibre : instabilité

Qualité 2 : La miséricorde / Partager les souffrances de l’autre
La miséricorde et la compassion vont développer et polir le lien empathique qui existe entre les époux. Si l’un est fatigué, l’autre s’en trouvera attristé et fera de son mieux pour l’aider. Si l’un est en bonne santé, l’autre s’en réjouira comme s’il s’agissait de sa propre santé à lui. Cette miséricorde passe par les mots, un regard, une attention, et trouve son origine dans le cœur. La miséricorde est donc ce mouvement du cœur qui donne de la vie à nos sourires, à nos regards, à nos paroles, à nos actes, et qui touche l’autre.

Opposé : être incapable de se mettre à la place de l’autre, de ressentir une émotion, d’être ému.

Équilibre : empathie | Déséquilibre : apathie

Qualité 3 : La bonté profonde
Nos sens internes ont été affutés, nous avons cultivé les bons comportements et nos passions éphémères et malvenues sont éteintes. La bonté nous a conduits à la miséricorde et la miséricorde nous conduit de nouveau à la bonté qui sera maintenant accompagnée par tout le cheminement qu’on aura accompli en arrivant ici. Le couple est uni, le souci de l’un est le souci de l’autre, le besoin de l’un est le besoin de l’autre. L’un comprend la bonté différemment maintenant qu’il a travaillé ce lien avec l’autre, ce lien dont parle Dieu dans le verset de tout à l’heure, qui lie une âme à une autre.

Opposé : personne égoïste, qui pense à elle-même et qui ne considère pas son partenaire

Équilibre : altruisme | Déséquilibre : égoïsme

Qualité 4 : Fuir ce qui est contraire
Cette dernière qualité vient conclure cette progression, et s’installe comme une clôture qui délimite et protège ce champ et ces fruits qu’on a pris tant de soin à cultiver et à faire pousser. Il s’agit de fuir ce qui est contraire à l’équilibre du couple dans ses subtilités.

Opposé : personne négligeante qui ne saisit pas les enjeux et qui prend des risques inutiles

Équilibre : clairvoyance | Déséquilibre : négligence

Aller plus loin :
[VIDEO] Comment réussir son mariage - Sciences, Civilisation & Religion

 

Sauver un mariage en péril

L’affection et la compassion sont les deux conditions indispensables à l’établissement d’un couple heureux.

Parfois, l’état d’un couple nécessite l’emploi d’une méthode intermédiaire lorsque ce dernier est dans une phase critique. Pour ce faire, les époux devront travailler les qualités de l’affection à l’envers, car la première qualité « la bonté » est pour le moment hors d’atteinte.

Qualité 1 : Fuir ce qui est contraire
Si la situation d’un couple est critique, les époux doivent commencer par fuir tout ce qui est contraire à l’équilibre du couple. Qu’ils éliminent autour d’eux tout ce qui vient perturber son bon fonctionnement, qui le fragilise inutilement. Qu’ils délogent toutes les mauvaises habitudes, les mauvaises fréquentations, les mauvaises actions, les mauvais comportements. Si leurs activités quotidiennes sont malvenues et qu’elles perturbent leur partenaire, ils ne pourront jamais sauver leur couple sans s’éloigner de ces activités douteuses.

Votre partenaire est un indicateur pour vous, il vous aidera à identifier ce que vous faites et que vous ne devriez pas faire. Ecoutez-le, soyez attentif. C’est de votre couple et de votre vie dont il s’agit.

Avec cette première qualité, l’homme et la femme prennent enfin leur responsabilité en sacrifiant des choses inutiles et malsaines mais à quoi ils se sont attachés avec le temps, pour se tourner enfin vers la personne qu’ils aiment. C’est l’impulsion initiale et indispensable pour sortir de cette situation de pourrissement qui ne peut plus durer.

Si les époux ne sont pas prêts à faire ce premier geste, personne ne le fera à leur place. Qu’ils se rappellent pourquoi ils sont mariés, qu’ils se rappellent également qu’ils sont maintenant adultes, qu’en tant qu’adulte ils ne peuvent plus se comporter comme des enfants, que le temps des caprices est maintenant bien loin et qu’il faut faire un choix : vouloir s’en sortir ou bien laisser la situation se dégrader. Parce que s’ils ne font rien, c’est sûr qu’elle se dégradera. Une vie de négligence et d’insouciance est confortable en apparence, mais ce ne sont que des apparences car elle n’apporte que des difficultés, que des problèmes, que de l’instabilité, et surtout elle barre la route à toute possibilité de bonheur.

Qualité 2 : La pureté
La deuxième qualité est la pureté. La qualité précédente nous entraîne à fuir tout ce qui est de nature à corrompre l’équilibre du couple et nous conduit naturellement à la pureté, la pureté dans le couple et entre les époux. Acquérir cette qualité, empêchera toute impureté de pénétrer dans l’enceinte du couple et le protégera du pourrissement. C’est donc une qualité support, qui va venir appuyer la qualité précédente.

Qualité 3 : Le désintérêt pour soi-même et les passions
Affaiblir son « nafs » va conduire au désintérêt pour soi-même et pour les choses vaines, et va nous conduire à la pureté de l’intention. Il s’agit d’être au service de l’autre sans arrière-pensée, de façon totalement désintéressée. Ne souhaitez plus l’autre pour autre chose que ce qu’il est déjà. Débarrassez-vous de ce qui vous semblait si important et qui vous empêche d’accorder de l’attention à votre moitié.

Qualité 4 : La bonté
La bonté qui est un bien fécond. C’est-à-dire un bien qui ne génèrera que du bien.

Avec les 3 qualités précédentes la porte de la bonté qui était hors d’atteinte nous est maintenant ouverte et nous allons pouvoir la traverser et l’enraciner durablement entre nos époux.

Si la qualité précédente nous invitait à délaisser nos envies et nos pulsions, la bonté nous invite à nous consacrer à l’autre, à mettre à profit ce temps libre pour l’autre, à faire le bien.  Soyez utile à l’autre, au service de l’autre, et faites passer ce que veut l’autre avant ce que vous souhaitez pour vous-même.

Cette qualité vient couronner notre progression et le couple est maintenant hors de danger.

Aller plus loin :
[VIDEO] Comment SAUVER son mariage - Sciences, Civilisation & Religion

 

La cohabitation, le repos et la tranquillité

Dieu dit :

 « […] وَمِنْ آيَاتِهِ أَنْ خَلَقَ لَكُم مِّنْ أَنفُسِكُمْ أَزْوَاجًا لِّتَسْكُنُوا إِلَيْهَا وَجَعَلَ بَيْنَكُم مَّوَدَّةً وَرَحْمَةً »
« Et c'est un de Ses signes qu'Il a créé pour vous, formée de vous-mêmes, votre moitié afin que vous vous reposiez auprès d'elle, et Il a établi entre vous l'affection et la compassion. […] ».
Le Coran Sourate 30 verset 21

 

Dieu précise dans le verset précédent, que l’homme et la femme ont été créées complémentaires, l’un trouvera chez l’autre quelque chose qu’il n’a pas, quelque chose qui lui manque. Et ensemble, par l’addition de leurs caractéristiques premières ils forment un tout, inséparable, indissociable.

En effet, chacun récupère chez l’autre ce qui lui revient de droit. Par le contrat sacré qu’ils ont établi au nom de Dieu, dans le cadre du mariage, un homme a le droit de demander de sa femme qu’elle soit une femme, une femme a le droit de réclamer de son homme qu’il soit un homme. Bien sûr, un enfant a le droit de réclamer de son père qu’il soit un vrai père, et de sa mère une vraie mère.

Cette complémentarité ouvre aux époux les portes de la cohabitation, du repos et de la tranquillité. C’est-à-dire que le couple idéal n’est plus écrasé par le poids de ses responsabilités, ni par le poids des difficultés, ni par les compromis qui découlent de la cohabitation mais il trouve les choses légères et simples. La vie à deux est vectrice d’émancipation et de réconfort.

Le repos dans la cohabitation « لِتَسْكُنُوا » se construit à travers 7 qualités qui sont les suivantes :

Qualité 1 : Savoir-faire & savoir être
L’homme et la femme ont progressé dans leurs qualités respectives (cf. « Les qualités de l’homme parfait en Islam » et « les qualités de la femme parfaite en Islam »), puis ils ont travaillé l’affection et la compassion (cf. « Les conditions de l’affection » et « Les conditions de la compassion »). Ils ont appris à connaître leur propre nature et la nature de ce qui les unis. Ils ont découvert la façon dont Dieu les a façonnés, ce qu’Il a prescrit comme cheminement pour parvenir à leur réalisation à travers le couple.

Ils ont entre leurs mains toute la science qui permet de faire de chacun d’eux, un homme véritable et une femme véritable, et faire de leur unïon une unïon solide et indestructible. C’est le sens de cette première qualité qui nous renvoie à tout ce qui a été dit précédemment.

Qualité 2 : La perfection des sens
La science acquise avec la qualité précédente et l’application de cette science, va avoir un impact sur le corps de l’homme et sur le corps de la femme, qui vont gagner en lucidité. Certaines choses qu’ils ne voyaient pas vont peu à peu s’éclaircir à leurs yeux et certaines choses qu’ils n’entendaient pas vont peu à peu retentir dans leurs oreilles. Et leur cœur, peut être insensible à certains aspects de la réalité, va peu à peu s’ouvrir à ce qu’ils ignoraient de la vie. L’homme et la femme doivent travailler leurs sens pour développer cette conscience spirituelle qui sommeille. Ils verront que leur quotidien les appelle à un effort de vigilance permanent, qu’ils sont attendus ou sollicités régulièrement et qu’il est de leur devoir d’agir en conséquence.

Qualité 3 : L’abnégation
La conscience spirituelle ouvre les portes de la lucidité : l’homme et la femme voient et entendent. Ils comprennent comment s’articulent les choses autour d’eux, ils savent dans quel chemin ils doivent dépenser leur énergie et leur temps. Ils sont capables de faire la part des choses et ils vont développer l’art d’être au service de ce qui est utile.

Qualité 4 : La connaissance de Dieu
L’abnégation, la servitude, élargissent encore un peu plus leur lucidité sur ce qu’est le monde, la création, comment elle fonctionne, quelles sont ses lois, ses règles. Ils découvrent peu à peu avec quel art Dieu a fait les choses. Chaque pas qu’ils font les ouvre un peu plus sur la réalité de ce qu’est Dieu, l’infiniment puissant, le Sage, le Savant, le Connaissant, le Bienveillant, le Clément, le Généreux.

En découvrant Dieu, ils découvrent également la réalité de ce qu’ils sont : c’est-à-dire des créatures, faibles, fragiles et limitées, et cette connaissance devient comme une grille de lecture sur le monde et sur la vie qui leur permet d’entrevoir leurs possibilités et leurs limites.

Qualité 5 : La réjouissance
Celui qui connait Dieu trouve de la réjouissance dans ce que Dieu a fait, il entrevoit avec quelle sagesse Dieu a créé les choses, et cette clairvoyance lui apporte de la réjouissance et de la satisfaction au quotidien. Il n’est donc plus soumis au désarroi, à la panique, à la dépression ou au découragement. Il sait que Dieu a mis à sa disposition tout ce dont il a besoin pour mener à bien sa vie sur terre, il se réjouit donc de ce qui est simple et facile. Il voit les pièges du consumérisme et de la société de consommation. Il préfère la richesse intérieure et tout ce qui permet de développer cette richesse intérieure, à la richesse matérielle. Il vit ce qu’on appelle le « shoukr », c’est-à-dire le fait de remercier Dieu pour Sa Bienveillance de chaque instant.

Qualité 6 : Le désintérêt pour soi et les passions
Cette qualité déjà présente dans l’affection invite les époux à faire preuve de retenue et d’humilité dans leurs tâches quotidiennes. Certes ils ont appris à connaître Dieu, ils ont appris à comprendre là où ils étaient attendus et là où il leur fallait faire preuve de vigilance, mais en fin de tout, ils apprendront à s’éteindre dans cette réjouissance pour que chacun de leurs faits et gestes ne soit pas le reflet d’eux-mêmes, mais qu’il soit le reflet de Dieu, qu’il soit l’acte de Dieu.

Qualité 7 : Accepter et obéir à l’ordre de Dieu
L’homme et la femme ont progressé et ils ont retrouvé leurs caractéristique premières, et la première qualité de ce cheminement est également la dernière

Dieu nous indique que ce que nous faisons, nous le faisons pour nous-même. Certes Dieu nous a prescrit des règles, non pas pour Lui mais pour notre propre bien-être. Par exemple la prière est une bénédiction de Dieu à l’égard des Hommes, Lui n’a pas besoin de nos prières, loué soit-Il. De même, les bonnes nourritures, la gentillesse, la bonté sont des bénédictions de Dieu envers Ses Créatures. Le fait des Hommes n’a aucun impact sur Lui, qui est le Puissant le Savant. Si toute l’humanité faisait le bien cela n’ajouterait rien à Dieu, et si toute l’humanité faisant le mal ça n’enlèverait rien à Dieu. Dieu nous indique de suivre Sa route pour notre propre bien être, précisant que si nous suivons Ses prescriptions, nous allons comprendre au terme de notre progression que tout découle de Son Ordre et la nature toute entière est l’expression de Sa Sagesse et de Sa Science.

Voilà pourquoi la première qualité du cheminement de l’homme et de la femme est également la dernière, elle vient couronner cette progression car tout ce qu’ils ont accepté à bras ouvert découle de Son Ordre.

Aller plus loin :
[VIDEO] Les 7 qualités du couple parfait

 

Comment accompagner et soutenir sa femme

L’homme doit apprendre à connaître sa typologie et la typologie de sa femme. Pour se faire, il doit apprendre par cœur les qualités propres à ces deux natures différentes et complémentaires. L’homme saura où il est attendu en priorité dans la relation qu’il entretient avec sa femme, il devra se montrer prudent et vigilant pour ne pas commettre d’écart et rester concentrer sur cet aspect de lui-même qu’il doit apprendre à maîtriser. Il doit également développer l’art d’agir avec justesse et s’interroger : mes actions ont-elles un impact positif ou négatif dans l’accomplissement de ma femme ?

Pour se faire, l’homme peut s’exercer à lire son quotidien à travers les 2 qualités centrales de la femme, et ne négliger aucun effort pour participer à leur développement.

La réjouissance est la première qualité centrale de la femme. Un homme doit mesurer la portée de ses paroles et ses actes, et voir s’ils seront source de réconfort pour sa femme, ou source de crispation. La confiance en soi est un aspect fondamental de la typologie féminine, et tout ce qui participera à son développement est le bienvenu, tandis que tout ce qui va l’entraver est à bannir. Si l’homme affaiblit l’estime que sa femme a pour elle-même, il aura manqué à son devoir de mari.

L’abnégation est la deuxième qualité centrale de la femme. Les femmes ont un talent naturel pour prendre soin des siens. L’homme doit apprendre à respecter cet aspect de sa typologie en la valorisant et en laissant à sa femme un espace d’expression suffisant.

 

Comment accompagner et soutenir son mari

La femme doit apprendre à connaitre sa typologie et la typologie de son mari. Pour se faire, elle doit apprendre par cœur les qualités propres à ces deux natures différentes et complémentaires. La femme est un pilier irremplaçable de l’équilibre et du bien-être des membres de son foyer. Elle doit fournir un effort quotidien de vigilance pour développer son bon cœur, et briller sur les siens par la confiance naturelle qu’elle doit avoir en elle-même.

Pour cela, la femme peut apprendre à reconnaître ce qui aide son mari à développer les 2 qualités centrales de l’homme et devenir un support de stabilité et de progression pour lui.

Le surpassement est la première qualité centrale de l’homme. La femme doit soutenir son mari en éloignant ses yeux et son cœur de tout attachement à ce qui est éphémère, afin de polir son caractère et le préserver de l’arrogance. Elle ne doit pas l’éprouver outre-mesure sur ce qui est futile et l’aider à apprécier un mode de vie simple et désintéressé.

La patience est la deuxième qualité centrale de l’homme. Une femme avertie, veillera à ne pas pousser son mari au-delà de ses limites. Elle préservera son intégrité et l’invitera à garder la maîtrise de lui-même en toute circonstance en étant pour lui une source d’apaisement et de consolation.

 

Le statut de l’homme dans le foyer

Dieu dit :

« […] الرِّجَالُ قَوَّامُونَ عَلَى النِّسَاءِ »
« Les hommes ont la charge des femmes […] ».
Le Coran Sourate 4 verset 34

Le mot sacré « قَوَّامُونَ », « la charge » désigne une fonction, un état ou un statut pour l’homme dans la relation qu’il entretient avec sa femme et son foyer. Il s’agit pour lui d’une responsabilité, d’un devoir et non pas d’un avantage dont il peut jouir en toute quiétude. Et comme dans le foyer, la vie commune implique la vigilance et la participation de chacun, la femme a un rôle à jouer dans cette responsabilité du fait de ses forces propres à la typologie féminine. Ce rôle est d’exiger de son mari ou de son futur mari qu’il soit à la hauteur du statut désigné par ce mot. Donc « قَوَّامُونَ » est un devoir pour l’homme et une exigence pour la femme.

Ce statut est un critère pour désigner un homme apte à la vie de couple. Un homme inapte entraînera les problèmes constatés aujourd’hui telles que les violences conjugales, les jalousies, les déchirements, les tromperies et les abus.

Ce statut signifie pour l’homme d’être au service des siens avec toute la serviabilité du monde, et cette serviabilité a comme mouvement initial la bonté, la vérité et le bienfait, à l’image du Prophète de l’Islam (paix et prières sur lui) avec sa famille. Ce qui implique pour l’homme d’effectuer un travail sur lui-même, pour se débarrasser de ses viles passions et de son égo. Un homme n’est pas fainéant, ni hautain, ni imbu de sa personne. C’est quelqu’un qui sait faire le sacrifice de lui-même pour le bien-être des autres. Car sans ce sacrifice il n’aura pas la lucidité, ni le recul, ni le temps, ni la patience, ni la persévérance pour incarner son rôle d’homme. Celui qui n’est pas au service des autres, est esclave de lui-même.

« قَوَّامُونَ » au-delà d’être un mot que l’on traduit, est avant tout un mot sacré au sens profond qui désigne un état que doit atteindre l’homme responsable. Et s’il n’est pas apte, le travail bienveillant de sa femme ou de ses proches peut lui permette de revenir à la raison.

Aller plus loin :
[VIDEO] Les hommes ont autorité sur les femmes ? Sourate 4 verset 34 - Explication 1/2"

 

Le statut de la femme dans le foyer

Dieu dit :

« […] فَالصَّالِحَاتُ قَانِتَاتٌ حَافِظَاتٌ لِّلْغَيْبِ بِمَا حَفِظَ اللَّهُ »
«[…] Ainsi, les femmes vertueuses sont obéissantes et préservent dans le secret ce que Dieu veut préserver.  […] ».
Le Coran Sourate 4 verset 34

On distingue ici 3 mots clés qui sont « salihat » « quanintat » et « hafidat ». Dans le cadre de l’homme, Dieu définit une fonction, un statut, une catégorie d’hommes aptes. Pour les femmes, Dieu définit non pas 1 mais 3 états convenables.

« salihatu » traduit par « vertueuse » représente la femme de l’excellence, celle qui rayonne sur les autres, dont le cœur déborde de bonté et cette bonté touche tout : son travail, sa maison, ses enfants, son mari, sa famille.

« qanitatoun » traduit par « obéissante » décrit une femme droite, véridique, scrupuleuse, attentive au moindre détail.

 « hafidatoun » traduit par « gardienne », « celle qui garde le secret », représente l’état minimum et parfaitement valide d’une femme responsable. Il s’agit pour la femme de préserver dans le secret ce qui se déroule au sein de son foyer. En effet, le foyer est un cocon fragile qui ne concerne personne en dehors des époux et qu’il faut protéger des regards extérieurs. Les commérages, les indiscrétions, le cynisme et la médisance sont des poisons à l’origine de difficultés graves que traversent les couples et entraînent des situations épouvantables aux conséquences dramatiques. Un foyer qui cherche une stabilité pérenne ne peut pas concilier les deux.

Comme pour l’homme, si une femme n’est pas à la hauteur de ce minimum demandé du fait de sa négligence, la bienveillance de son mari ou de ses proches peut lui permettre de revenir à la raison.

 

Les troubles de la perception chez les femmes

Les hommes et les femmes sont éprouvés dans leurs quotidiens par différentes situations qui les obligent à faire des choix. Ces choix déterminent à la fois leur équilibre physiologique, leur santé psychique, leur intégrité, leur lucidité et leur vigilance.

Contrairement aux hommes, les femmes subissent différentes transformations qui modifient leur perception indépendamment de leur volonté. Par exemple, la grossesse ou les règles provoquent un dérèglement hormonal qui opère des transformations sur leur corps. Ces transformations agissent sur leur concentration, leur patience, leur mémoire, et parfois même le goût de certains aliments change. C’est-à-dire qu’un état d’équilibre devient inaccessible non pas du fait d’une négligence mais parce que la nature féminine et la Vérité l’appellent ailleurs. Ces phénomènes sont très connus des femmes, ils sont parfaitement naturels.

L’homme doit apprendre à appréhender ces situations qui l’invitent à être au service de sa femme pour maintenir une certaine stabilité sans remettre en cause son intégrité ni priver le couple de la richesse qui émerge par l’intermédiaire de sa femme. Richesse car la femme qui subit ces transformations découvre certaines choses d’ordinaires inaccessibles.

Dieu dit :

« وَاللَّاتِي تَخَافُونَ نُشُوزَهُنَّ فَعِظُوهُنَّ وَاهْجُرُوهُنَّ فِي الْمَضَاجِعِ وَاضْرِبُوهُنَّ  »
« Celles dont vous craignez la mauvaise conduite, admonestez-les, reléguez-les dans des couches séparées et frappez-les. »
Le Coran Sourate 4 verset 34

Nous avons ici 3 mots clés qui désignent 3 degrés d’intervention de l’homme accompli lorsque sa femme subit ces troubles de la perception. Pour illustrer cette situation, on peut imaginer une femme en voiture qui porte des lunettes. L’homme doit retirer la buée qui l’empêche de voir car elle a déjà son attention entièrement consacrée à la route.

Il s’agit là d’outils à destination des hommes accomplis qui n’ont ni vice, ni arrière-pensée, mais qui sont entièrement disponibles pour agir quand il le faut avec bienveillance.

 

1er degré – L'exhortation فَعِظُوهُنَّ

L’homme sage intervient auprès de sa femme avec douceur et tendresse. S’il constate qu’elle s’éloigne de son comportement habituel il attire son attention avec des paroles bienveillantes et pleines d’amour afin de la ramener à la raison. Ceci car, une parole issue de la réflexion et du cerveau est fade tandis qu’une parole qui provient d’un cœur remplit par la lumière de Dieu est douce et agréable. Or une parole fade n’atteindra jamais son but. Pour toucher le cœur d’une personne une parole doit provenir du cœur.

Celui qui intervient auprès de sa femme avec violence, agressivité et oppression, ou parce qu’il nourrit le désir de se venger, ne génèrera que crispation et angoisse. Il doit commencer par corriger son propre comportement avant d’être apte à intervenir sur quoi que ce soit.

 

2ème degré – L'éloignement وَاهْجُرُوهُنَّ فِي الْمَضَاجِعِ

Il arrive parfois que la bonne parole ne suffise pas et que la femme insiste dans quelque chose qui met le couple en difficulté. L’homme sage est patient et agit avec pédagogie en persistant différemment avec sa bien-aimée. Pour se faire il montre sa désapprobation, sans créer d’histoire ni de polémique, en mettant un peu de distance entre lui et elle, car certaines fois la femme a besoin de se retrouver seule pour retrouver des idées claires. Il ne s’agit pas pour l’homme de s’extraire du foyer, ni de se montrer en spectacle, mais de quitter la chambre parentale pour laisser à sa femme le temps de la réflexion avec pudeur et savoir-vivre.

Ainsi, l’absence d’un mari dévoué et honnête peut impacter favorablement une femme en quête d’elle-même.

 

3ème degré – Le sursaut de conscience وَاضْرِبُوهُنَّ

Il se peut que, dans de rares cas, ni le bon conseil, ni l’éloignement ne porte ses fruits.

Mais l’homme n’abandonne pas sa bien-aimée. L’absence prolongée d’un homme augmente les risques de détresse psychique ou de perte de confiance en soi chez une femme en difficulté. Puisque le mari aime sa femme, il ne souhaitera jamais la blesser ou lui porter préjudice car se serait pire que s’il s’était blessé lui-même.

Si la situation se dégrade, avant qu’elle ne dégénère, il appartient au mari de provoquer chez elle un électrochoc ou une secousse pour la réveiller. Cet électrochoc peut prendre plusieurs formes tant qu’il ne porte pas atteinte à sa dignité ou à son intégrité physique. C’est un sursaut de conscience qui est recherché et ce sursaut ne peut se produire sans électrochoc.

Aller plus loin :
[VIDEO] Les femmes frappez-les ? Sourate 4 verset 34 - Explication 2/2"
[ARTICLE] L'Islam et les violences conjugales

 

Le mariage : un accompagnement et un soutient réciproque

L’homme et la femme doivent agir ensemble avec pédagogie, douceur et tendresse. Chacun d’eux possède une force nécessaire à l’autre, comme nous l’avons vu dans les pages précédentes.

Cette coopération ne doit pas se limiter aux qualités centrales de l’homme et de la femme, mais elle s’étend sur l’ensemble des composantes citées dans les versets que nous avons abordés. Avec les hommes « الرِّجَالُ », les femmes « النِّسَاءِ », la cohabitation et le repos « لِتَسْكُنُوا », l’affection « مَوَدَّةً » et la compassion « رَحْمَةً » nous avons des outils puissants pour aider les hommes et les femmes de ce monde à s’affranchir de la souffrance du quotidien et retrouver la paix et la stabilité.

Commentaires (1)

Nouveau commentaire

de Anonyme Dimanche 23 août 2020 à 19h37
C'est beau.